Comment expliquer l’obésité chez l’adulte ?

l obesite chez l adulte

Qu’est ce qui explique l’obésité chez l’adulte ? 

L’idée de cet article est de faire un état des lieux avec vous sur ce que sont l’obésité et le surpoids. Mieux la comprendre pour mieux la diagnostiquer et surtout mieux l’accepter. En termes simples, on présente l’obésité et le surpoids comme un surplus de graisse dans le corps. 

Dans la globalité, l’obésité et le surpoids surviennent lorsqu’il y a une mauvaise hygiène alimentaire associée à une condition physique proche de 0. En dehors de ça, d’autres facteurs peuvent entrer en jeu comme la prise de médicaments, la maladie ou encore des aspects plus psychologiques. 

L’obésité et le surpoids vus de plus près

On appelle donc surpoids et obésité lorsqu’une personne présente un excès de tissus adipeux, ces mêmes tissus qui se diffèrent de la masse maigre correspondant à l’ensemble des tissus musculaires, organes et viscères. 

C’est à partir de l’indice de masse corporelle – indice bien connu de tous depuis de nombreuses années – que l’on peut estimer si une personne est en surpoids ou obèse. L’IMC est simple à calculer puisqu’il suffit de diviser le poids d’un individu par sa taille au carré. 

Comment interpréter le résultat de ce calcul ?

Si l’IMC est :

  • < 18,5 kg/m², il s’agit d’une insuffisance pondérale ;
  • = ou > 18,5 et < 25 kg/m², la corpulence est normale ;
  • = ou > 25 et < 30 kg/m², il existe un surpoids ;
  • = ou > 30 kg/m², il s’agit d’obésité.

On estime que le surpoids est compris entre un IMC de 25,0 et de 29,9 kg/m². Quant à l’obésité, elle est déclarée lorsque l’IMC se situe à 30,0 kg/m² ou plus. 

L’obésité ne peut pas être considérée comme une maladie “classique” de par un processus de guérison totalement différent. Cette maladie chronique de la nutrition va également nuir à l’équilibre physique mais aussi psychologique et social de l’individu qui en souffre. Là où une grippe ou une otite ne vont par exemple qu’attaquer l’aspect physique de la personne et guérir de manière plus soudaine. 

C’est principalement dans les pays les plus développés que l’on constate le plus fort taux d’obésité (bien entendu il y a des exceptions). L’obésité n’est pas un problème à prendre à la légère, cette maladie de nutrition affecte non seulement l’individu qui en souffre mais aussi la population entière d’un pays.

Une moitié de population adulte considérée obèse ou en surpoids

C’est une triste et inquiétante nouvelle que de constater qu’en France, 1 adulte sur 2, est en surpoids ou obèse. 

Parmi eux :

  • 17 % des adultes (10 millions de personnes) souffrent d’obésité,
  • 37 % sont en surpoids, les hommes l’étant un peu plus fréquemment que les femmes.

Ces chiffres sont élevés mais montrent une certaine stabilité depuis 2006.

Quelles sont les causes de l’obésité et du surpoids ?

Il en existe malheureusement une pléthore mais la cause la plus retenue et je dirai à titre personnelle, la plus valable, c’est le changement de nos modes de vie dans les sociétés modernes. Une forte évolution en très peu de temps qui a une incidence sur notre manière d’aborder l’alimentation et d’autres aspects de notre santé. 

La prise de poids est avant tout un déséquilibre énergétique

Pour prévenir la prise de poids, et la combattre, il faut la comprendre. Rien de plus simple dans notre cas, puisque la prise de poids résulte d’un déséquilibre – léger ou majeur – entre notre consommation et nos dépenses énergétiques. 

De manière plus précise, la prise de poids s’annonce lorsque l’on consomme plus d’énergie que l’on ne peut en dépenser. 

Cette situation a lieu si :

  • les apports caloriques sont excessifs (alimentation grasse, sucrée, pauvre en fibres, prise de boissons sucrées, portions de grande taille, consommation d’alcool, etc.) ;
  • les dépenses énergétiques quotidiennes sont insuffisantes (inactivité physique et/ou manque d’activité physique et sédentarité devant la télévision, les jeux vidéo, déplacements en voiture, métiers de bureau, etc.)

Dans de telles conditions, notre corps va se mettre à développer la fameuse masse grasse dont les cellules – adipocytes d’où le terme de tissu adipeux – sont pleines de graisses. 

Mais il ne faut pas lui prêter tous les maux à cette masse grasse car elle est naturellement présente dans notre corps dans des proportions qui nous permettent femmes et hommes de vivre. 

On estime que le tissu adipeux d’une femme est aux alentours des 32%, tandis que celui de l’homme est proche des 16%. 

Face à un déséquilibre de la balance énergétique, l’évolution suit deux phases :

  • le poids augmente (phase dynamique) ; les adipocytes se remplissent de graisse et le surpoids apparaît ;
  • le poids reste élevé (phase statique) ; les adipocytes se multiplient, ce qui amplifie la capacité de stockage de graisse de l’organisme et crée les conditions d’une prise de poids supplémentaire.

Les causes psychologiques de la prise de poids

La prise de poids est bien trop souvent associée à une mauvaise hygiène alimentaire mais d’autres facteurs, cette fois plus centrés sur la psychologie de l’individu existent : 

  • des TCA : grignotage, boulimie, consommation compulsive en cas de stress ou de grande détresse (notamment d’aliments réconfortants très caloriques), etc. ;
  • des troubles dépressifs, périodes de difficulté psychologique ou sociale (difficultés professionnelle, économique, familiale, etc.) ;
  • la réduction du temps de sommeil ;
  • un arrêt du tabac brutal et non suivi ;
  • une consommation excessive d’alcool.

Les autres facteurs d’obésité et de surpoids

Plus rare, la génétique peut devenir la cause d’une prise de poids sur une longue durée. Dans ces travers génétiques on note très souvent que la transmission de l’obésité de parents à enfants. 

Certaines maladies génétiques rares peuvent également s’accompagner d’une obésité.

Pour les femmes, l’obésité ou le surpoids peuvent être causés par une grossesse ou la ménopause. 

Que risque t-on à être obèse ou en surpoids ?

Ce n’est plus trop une surprise que d’annoncer que le surpoids et l’obésité apportent leur lot de nouvelles maladies et réduisent, surtout à un certain niveau, la durée de vie des individus en souffrant.

Risque augmenté de contracter des maladies cardiovasculaires

Le principal risque observé des personnes en surpoids ou obèse c’est l’arrivée de maladies cardiovasculaires, en voici une petite liste :

  • une hypertension artérielle ;
  • un taux anormalement élevé de graisses (cholestérol et/ou triglycérides) dans le sang ;
  • une maladie coronaire, ou angine de poitrine ;
  • un infarctus du myocarde ;
  • une insuffisance cardiaque ;
  • un accident vasculaire cérébral ;
  • une artérite des membres inférieurs.

Vivre avec un surpoids et une maladie chronique

Ces personnes en surpoids souffrent également plus fréquemment :

  • de maladies métaboliques : diabète de type 2, ou diabète “gras”, stéatose du foie ou accumulation de graisses dans le foie (maladie du “foie gras”), goutte (atteintes articulaires dues à des dépôts d’acide urique) ;
  • de reflux gastro-œsophagien ;
  • de calculs dans la vésicule biliaire (lithiase biliaire pouvant se surinfecter et entraîner une cholécystite aiguë) ;
  • de problèmes articulaires : arthrose à la hanche et du genou (gonarthrose), lombalgies ;
  • d’apnées du sommeil ;
  • de syndrome des ovaires polykystiques et de diabète de grossesse chez la femme ;
  • des fuites urinaires et une incontinence urinaire ;
  • de transpiration excessive et de mycoses de la peau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *